Découvrir Bazancourt > Histoire de la commune


Un peu d’histoire

Bazancourt est un très ancien village. La légende dit qu’il doit son nom à un guerrier de Clovis, BAZO, qui aurait reçu ce fief en reconnaissance des services rendus (Bazo Cortem = domaine de Bazo).

Au cours des siècles, BAZANCOURT reçut plusieurs noms. Vers 948, Basilicae Cortis (si cette forme n’est pas une mauvaise latinisation, il y a confusion entre Basilica et Bazo). Au XIIème  siècle, le nom devint Basilicicurtis, puis au XIIIème Basencurtis (1200), Basincourt, Basancourt et enfin Bazancourt.

Situé entre la voix romaine de Reims à Château Porcien et celle de Reims à Trèves, Bazancourt faisait sans doute partie des nombreuses petites agglomérations associées à l’activité de l’industrielle « Cité de Reims » et les Romains avaient établi dans toute la région des fabriques de toile et de tissus brodés.

Le village comptait 140 habitants en 1669, 443 en 1773. Vivant du produit de la terre, les habitants étaient aussi tisserands. On trouvait un métier à tisser dans chaque maison. Certains, les « étaminiers » vivaient uniquement du tissage.

La création de la ligne de chemin de fer REIMS-MEZIERES en 1885 et celle de la Vallée de la Suippe en 1870 contribuèrent à l’industrialisation de la commune.

Ce fut à partir du XIXème siècle qu’elle prit son essor avec :

• 1809 : Usine LELARGE créée par Jobert LUCAS (tissage). Suite à sa fermeture définitive en 1988, son acquisition est faite par la commune en  1993. En attente de la construction de nouveaux locaux, celle-ci abrite pendant 15 ans les ateliers communaux. L'enceinte de l'usine disparaît défivitivement en 2004 pour laisser place à une nouvelle voirie au centre de notre bourgeade (travaux Lelarge phase I), puis en 2009,  c'est la construction de l'espace culturel La Filature et des trois bâtiments dédiés à l'habitat et aux commerces (travaux Lelarge phase II). L'inauguration officielle de ces nouveaux espaces s'est déroulée le samedi 15 septembre 2012. 

• 1895 : Fondation d’une usine de paillons par les frères MITTEAU. Cette usine a également cessé son activité en 1989.

             Puis au XXème siècle, l’activité économique de Bazancourt s’est trouvé renforcée par :

• 1904 : Transfert de Reims à Bazancourt de l’usine des Ets BAUCHE actuellement GUNNEBO

• 1945 : Distillerie Coopérative de Bazancourt (transformée en Sucrerie  en 1951). Depuis 1998, cette entreprise et d’autres sucreries constituent le groupe Cristal Union.

• 1994 : Sur le secteur de Pomacle limitrophe du territoire communal, création d'ARD (Agro-industrie Recherches et Développement) veritable outil de recherche en laboratoire rassemblant en un même lieu les les pilotes, les laboratoires et le siège d'ARD.   

• 1992 : Création de la S.A. CHAMTOR qui produit à partir du blé, du glucose, de l’amidon et du gluten.

• 2004 : A l'orée du XXIème siècle, l'agro-ressource prend une nouvelle dimension mondiale et le conseil municipal décide d'accompagner ce nouvel élan qui prône le regroupement des compétences scientifiques et industrielles pour revitaliser la dynamique de notre économie en rassemblant sur un même site les entreprises, la recherche et l'enseignement supérieur en mettant un espace foncier conséquent en cohérence avec son plan d'occupation des sols pour que les projets menés par les industriels, les collectivités territoriales et l'état puisse voir le jour. C'est ainsi qu'en 2005, le Président de la République Française, M. Jacques Chirac se déplace sur le pôle IAR de Bazancourt qui obtient le label de "pôle de compétitivité à vocation mondiale".  

• 2005 : Création de l'usine Cristanol, distillerie totalement opérationnelle depuis 2007, elle est en capacité de produire 3 millions d'hectolitres d'alcool.

•2008 : Développement sur le pôle du projet Futurol visant à "mettre au point et valider un procédé de production d'éthanol par voie biologique, dit de seconde génération, à partir de la lignocellulose, issue de coproduits agricoles,forestiers, de résidus ou de biomasse dédiée". Il s'agit de concevoir des agrocarburant de deuxième génération, c'est à dire issus de la biomasse mais n'entrant pas en concurrence avec les usages alimentaires.

2010,2011,2012,... Arrivée dans le cadre de la recherche et de l'enseignement supérieur de l'école Centrale de Paris, AgroParis Tech et de l'école de commerce RMS (Reims Management School).

Le pôle est en marche, des process, des pilotes visant à de nouvelles créations industrielles sont en cours de développement et le chapitre est loin d'être clos.     

 

 

Au cours du XXème siècle, Bazancourt a beaucoup souffert pendant les deux guerres mondiales.

 

• 1914-1918 : Après  quatre années d’occupation et de privations, notre commune fut libérée le 10 octobre 1918 par le 21ème Régiment d’Infanterie Coloniale. Au cours des violents combats du 6 au 10 octobre 1918, 637 soldats et 15 officiers sont tombés sur notre sol.

• 1939-1945 : Les habitants ont subi l’exode et de nombreux bombardements pendant plusieurs mois. La gare et l’usine Bauche (qui fabriquait des masques à gaz) faisaient de Bazancourt un point stratégique. Les alliés ont libéré la commune le 30 août 1944. Les convois de camions, de chars d’assaut et de véhicules occupés par des soldats américains mettaient un terme aux hostilités dans notre commune.

Depuis le conseil municipal a commémoré le 30 août 1994 le cinquantenaire de la libération de Bazancourt par une cérémonie aux cours de laquelle furent rappelés les événements  qui ont marqué fortement notre village pendant la seconde guerre mondiale. Le 10 octobre 1988, un solennel hommage a été rendu aux 652 militaires tombés sur notre sol en 1918 pour libérer notre commune. Cette commémoration a eu lieu avec la participation de représentants du Souvenir Français, la présence d’un détachement du 21ème Régiment d’Infanterie de Marine (R.I.M.A.) venu spécialement de Fréjus et du maire de Gersheim, commune allemande avec laquelle Bazancourt est jumelée depuis 1989.

La stèle du Souvenir Français, devant le monument aux morts, dévoilée ce 10 octobre 1998, met en évidence la devise « A nous le souvenir – A eux l’immortalité ».

Le 11 octobre 2008, en présence d’une section d’honneur du 21ème Régiment d’Infanterie de Marine de Fréjus commandée par son Chef de Corps, le Colonel De Mesmay, toutes les forces vives de notre commune se mobilisaient pour commémorer, quatre-vingt-dix ans plus tard, l’héroïque libération de Bazancourt par les 5ème Bataillon de Tirailleurs Sénégalais et 21ème Régiment d’Infanterie Coloniale.

Les commémorations sont pour les aînés la mémoire du souvenir et pour les plus jeunes l’Histoire de leur patrie : la France.



BAZANCOURT EN 1 CLIC

culturel

Accès direct

NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre
newsletter et restez informés !


SAISISSEZ VOTRE EMAIL